INSPIRATIONS

Notre espace visuel est rempli d’éléments graphiques qui nous interpellent, nous agressent, nous bouleversent mais surtout nous font réfléchir au monde dans le quel nous vivons. Ces artistes que je vous présente et que vous connaissez peut-être sont une inspiration pour mes réalisations et me donnent envie de me surpasser et de me réinventer chaque jour.

Yuni
Yoshida

A la fois photographe, artiste et directrice artistique, la japonaise Yuni Yoshida parvient à sublimer les aliments du quotidien grâce à sa patte artistique inventive et haute en couleur. Elle réussit a créer des effets aussi réjouissants que déroutants dans ses photographies sans utiliser la moindre retouche ou montage numérique. Par exemple, en taillant méticuleusement des petits cubes dans les aliments, elle parvient à créer l’illusion que ces derniers sont pixellisés.

Cj Hendry

Imaginez sortir la boîte de crayons de couleur de votre enfance pour créer un dessin si réaliste que tous y verraient une photo. 

Ses œuvres sont dites «hyperréalistes» (ou «photoréalistes»), puisqu’elles représentent la réalité d’une manière détaillée à l’extrême. C’est en abandonnant ses études universitaires que CJ s’est lancé le défi d’une vie: devenir une artiste en moins d’un an. «Je me suis donné 365 jours pour voir ce qui allait arriver.  LIRE L’ARTICLE EN ENTIER

Hiroshi Nagaï

Avec ses oeuvres colorées, le peintre transporte le spectateur sur la côte ouest américaine des années 1950.

Né en 1947 à Tokushima, sur l’île de Shikoku au sud-ouest de l’archipel, c’est par l’intermédiaire de son père qu’il découvre la peinture. Alors qu’il se rend à Tokyo pour ses études supérieures, il est refoulé des écoles d’art. LIRE L’ARTICLE EN ENTIER

Son nom ne laisse que peu de doute sur son origine géographique. Lorsque certaines polices de caractères semblent déjà datées à leur sortie, l’Helvetica, du haut de ses 60 ans passés, semble toujours aussi populaire et contemporaine.

C’est sous la direction d’Edouard Hoffmann, directeur de la fonderie helvète Haas, que le graphiste et typographe zurichois Max Miedinger dessina en 1957 la célèbre Helvetica. Il se basa pour cela sur l’Akzidenz-Grotesk, typographie de type linéale conçue par la fonderie berlinoise H. Berthold AG en 1896.